Crise du coronavirus : ces initiatives qui montrent que le numérique peut (aussi) être solidaire

Depuis quelques années, les critiques ne cessent de pleuvoir sur le web et les « GAFAM ». Respect très relatif des données personnelles, diffusion accrue des fake news, consommation monstre d’électricité et, bon sang, encore un faux profil sur Tinder.

Mais la crise sanitaire actuelle pourrait –devrait- un peu changer la donne, et pour cause. Plusieurs initiatives sont en train de voir le jour et qui n’auraient jamais pu être possibles sans le numérique. Émanant de simples particuliers, d’universitaires, de startups ou des GAFAM, par réel sentiment de fraternité ou, ne nous leurrons pas, par stratégie, ces initiatives apportent une contribution non négligeable à la lutte contre la crise actuelle, redonnant à internet le sens qu’il avait initialement : une technologie permettant le partage d’informations et aux hommes d’œuvrer ensemble, d’un bout à l’autre de la planète.

Plus que jamais, le numérique prend le relais du lien social.

Open data, tutos, abonnements gratuits, mise à disposition de ressources… C’est un numérique très critiqué qui a déployé des trésors de ressources afin de limiter l’impact de l’épidémie.

Photo prise par Startup Stock Photos

Facebook : le champion des initiatives du numérique anti-Covid

Il faut dire que la firme de Palo Alto avait des choses à se faire pardonner. Indice : ça commence avec Cambridge et ça finit par Analytica. Mais c’est du passé !

Fini le Facebook qui laisse fuiter des données personnelles, et bienvenue à Facebook le réseau social concerné et bienveillant qui double la capacité de ses serveurs afin d’assurer les appels vidéos sur Messenger et Whatsapp, dont le nombre a explosé, et ainsi « soulager la solitude de certains et rassembler les gens », dixit Mark Zuckerberg <3

Adieu le réseau social qui permet aux fake news de se propager, et bonjour à Facebook le réseau social civique et responsable qui affiche en priorité les contenus émanant de « sources d’autorité », telles que l’OMS, sous forme d’un « centre d’information sur le coronavirus ». Facebook a par ailleurs fait un don d’un million de dollars à une société de fact-checking pour lutter contre la propagation d’intox sur Whatsapp.

Terminé le réseau social rigolo, place au réseau social qui a mis en place un programme d’aide aux entreprises impactées par la crise du Covid en offrant notamment un accès gratuit à Facebook Workplace, un réseau social professionnel interne.

Accéder à Facebook Workplace

Youtube aide les élèves avec « Apprendre à la maison »

Classées par tranches d’âge et par thème, les vidéos proposées par Youtube sur cette plateforme temporaire ont vocation à faciliter l’apprentissage, l’éveil et la révision pour les élèves, de la primaire au lycée.

Accessibles aussi en 3D pour certaines, elles n’ont pas vocation à remplacer les programmes scolaires, mais à leur permettre de compléter leurs connaissances, découvrir, comprendre notamment en rassemblant les chaînes de plusieurs éditeurs reconnus tels que :

  • C’est pas sorcier
  • L’Antisèche
  • Il était une fois
  • Ou encore C’est une autre histoire.

« Apprendre à la maison » rassemble également des contenus du Musée du Louvre ou encore du Grand Palais. Pour que les enfants puissent continuer leur découverte du monde, à leur rythme.

Et c’est gratuit. Une bonne occasion pour Youtube de faire oublier le scandale de l’année dernière impliquant… des réseaux pédophiles. Oui, ça calme un peu.

Voir la plateforme « Apprendre à la maison »

Quand les médias laissent leurs contenus en accès libre

Une autre initiative appréciable : plusieurs médias ont décidé de laisser tout ou partie de leurs contenus précédemment payant en accès libre.

Citons par exemple :

Canal+ avait bien essayé aussi de participer à l’effort de guerre en basculant tous ses programmes en clair. Mais le geste fut de courte durée face aux protestations de TF1, M6 et du CSA. « Nous sommes ensemble » disent-ils…

La French Tech apporte sa pierre à l’édifice pour faire rempart contre le Covid

Suite à l’appel de Cédric O, Secrétaire d’État chargé du Numérique, plusieurs startups ont également décidé d’apporter leur aide. Citons par exemple :

Les autres initiatives de la Tech et du numérique

Saluons également les initiatives de :

Qui a dit que la Tech ne pouvait pas être citoyenne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *