[Plaidoyer] Comment le numérique nous facilite la vie

Cyberharcèlement, vol de données, Fake news, pollution… Le numérique reçoit beaucoup de critiques depuis quelques années. A écouter certains, il serait responsable d’à peu près tous nos problèmes actuels : la fin de la vie privée, l’isolement, l’addiction aux écrans, et même l’affaiblissement des démocraties.

Rien que ça.

Mais comme toutes les nouvelles technologies accessibles au plus grand nombre, le numérique c’est d’abord et surtout ce qu’on en fait. Loin des lieux communs et des préjugés, voici notre plaidoyer pour le numérique.

Se déplacer, voyager à l’heure du numérique

A l’heure où nous écrivons ces lignes, la limite des 100 km du déconfinement version 1.1 n’existe plus. Place donc au déconfinement 1.2 et à la liberté de mouvements retrouvée. Bientôt, il sera à nouveau possible de partir à l’étranger et, petit/e veinard/e que vous êtes, grâce au numérique, votre voyage s’en trouve grandement facilité.

Car, c’est grâce aux comparateurs de vols et séjours que vous avez pu dénicher ce week-end abordable à Rome sur votre portable, via une appli mobile. En quelques clics, vous vous enregistrerez sur le vol, et quelques jours plus tard, vous voilà au pied du Colisée. Et grâce aux avis clients, vous avez pu choisir un hôtel qui correspond exactement à ce que vous vouliez.

Sur place, plus besoin de chercher les plans des transports au commun : Moovit vous permet de savoir en temps réel le meilleur trajet pour vous rendre à votre destination, dans plus de 102 pays. Ceci étant, vous pouvez toujours pratiquer votre italien et demander votre chemin dans la rue :-) (« pèR favoRé… »)

Vous devez vous rendre à Marseille, Paris, ou Lyon et vous voulez profiter de la ville entre deux rendez-vous professionnels ? A vous les trottinettes électriques. Accessibles en 5 minutes via une application mobile, les trottinettes électriques ont donné une toute nouvelle liberté aux habitants des grandes villes. Et leur ont permis de jouer les touristes dans leur propre ville, le temps d’un trajet.

Communiquer

Désormais grâce au numérique, les possibilités de communiquer sont démultipliées.

Pour le travail, Slack nous facilite la vie avec sa messagerie en temps réel et la possibilité de partager des liens et des fichiers, par thématique.

Pour rester en contact avec des amis, la famille, le syndic, les parents d’élèves… Whatsapp vous permet de vous adresser en temps réel à tout le monde, de façon informelle.

Discord, LE réseau des gamers, permet d’organiser des chats vocaux à plusieurs, depuis son portable.

Telegram ou Signal quant à eux combleront les plus exigeants d’entre nous avec la vie privée.

Décloisonner le monde du travail

Le numérique a également fortement contribué à décloisonner le monde du travail, notamment en fournissant les outils nécessaires au télétravail. Grâce aux applications métier, aux espaces de stockage en ligne et aux fichiers collaboratifs, nous avons désormais la possibilité de travailler à distance. Une liberté que nos parents n’auraient jamais pu imaginer.

Mieux, une nouvelle « espèce » est apparue : les fameux digital nomad. Loin des fantasmes et des préjugés, les digital nomad sont ces personnes qui travaillent essentiellement sur leur ordinateur et n’ont donc pas besoin d’être présents physiquement. Graphistes, développeurs, traducteurs, rédacteurs… tous ces métiers –bientôt rejoints par d’autres- pourront désormais s’effectuer à distance.

Et avec Google Hangout, Skype, GotoMeeting, Zoom… désormais, on peut être présent pour ses clients et ses collaborateurs, sans être présent physiquement.

Faire ses démarches administratives

Certes, se servir d’un nouvel outil, c’est toujours un peu compliqué, surtout pour les « non native », c’et-à-dire les générations qui ne sont pas nées avec une souris dans le berceau. Mais comme le téléphone en son temps, puis feu le Minitel, il est normal que certains/es aient besoin d’un temps d’adaptation.

Pour autant, commander une nouvelle carte vitale, changer d’adresse sur votre carte grise ou faire suivre des documents à votre centre des impôts n’a jamais été aussi simple. Certes, parfois les sites de l’administration sont de véritables usines à gaz… Mais peu à peu, les plateformes se perfectionnent, se simplifient et… nous simplifient la vie.

Plus besoin de prendre sa voiture pendant une heure et faire la queue pendant deux heures pour obtenir un certificat ou imprimer une attestation.

Le numérique nous simplifie la vie.

Numérique et développement durable : vraiment incompatibles ?

Une des critiques fréquemment formulée à l’encontre du numérique est que celui-ci pollue. Par les matières utilisées pour fabriquer les terminaux, par la consommation d’énergie.

Mais ceux qui soulignent l’impact négatif du numérique et de l’innovation sont-ils eux-mêmes vertueux ?

Car parfois, c’est le numérique qui vient au secours de l’environnement. Nous pourrions, par exemple, citer le cas de Terradona, une société aixoise, et de son application Cliiink qui permet d’influer sur les comportements et de favoriser le tri des déchets.

Nous pourrions également évoquer cette solution innovante qui consiste à utiliser des serveurs pour chauffer un immeuble comme Iliad dont le data center situé au sud de Paris couvre jusqu’à 80% des besoins en chauffage et 50 % de l’eau chaude d’un ensemble de 150 logements sociaux.

Citons également l’application mobile Too Good To Go, qui permet aux traiteurs et aux boulangeries d’éviter de jeter leurs plats et snacks préparés, et aux utilisateurs d’acheter des produits 30% ou 50% moins cher.

Sans oublier la Green Tech, qui regorge d’initiatives et d’entrepreneurs de plus en plus sensibles aux problématiques environnementales.

Rappelons que si la qualité de l’air s’est améliorée pendant le confinement grâce à la réduction du trafic routier, la pollution par particules, provoquée par le chauffage résidentiel et les activités agricoles, elle, n’a pas diminuée.

Conclusion : à moins de retourner à un mode de vie de chasseur-cueilleur, toutes les activités polluent.

Le numérique et les inégalités sociales

C’est une petite musique qu’on entend souvent. Le numérique ne permettrait pas de faciliter la vie à tous mais, au contraire, creuserait les inégalités.

En un mot comme en dix : l’illectronisme serait la conséquence directe du numérique. Parce que les terminaux seraient trop chers. Parce que certaines zones ne seraient pas correctement pourvues en débit internet. Parce que les termes employés seraient inintelligibles pour le commun des mortels.

Mais vous comprenez quelque chose à la radiofréquence vous ?

Et est-ce que ça vous empêche d’utiliser un poste radio ?

La vérité est que si certaines personnes ont besoin d’aide pour accéder aux outils, une fois expliqués, ces dernières savent s’en servir. Parallèlement à cela, les zones « blanches » sont de plus en plus rares et, vous ne le saviez peut-être pas, mais Emmaüs Connect fournit :

  • Des formations au numérique, pour apprendre à se servir des fonctionnalités les plus simples
  • Des ordinateurs. Gratuitement.

Alors certes, vous n’aurez pas le dernier Mac Air Pro. Mais vous aurez un ordinateur qui fonctionne.

Les détracteurs du numérique ont une fâcheuse tendance à faire l’impasse sur ces initiatives… Mais on leur pardonne. Peut-être n’étaient-ils pas au courant :-)

French Tech Tremplin : un programme conçu pour rééquilibrer les chances

Last but not least, le numérique est peut-être actuellement un des seuls domaines permettant aux jeunes générations d’échapper à un parcours prédestiné et de faire mentir les statistiques sur la reproduction sociale chères à la fanbase de Bourdieu. On la salue au passage.

Nous ne parlerons pas de toutes les formations gratuites au numérique et des initiatives réservées aux femmes qui existent déjà. Non.

Depuis la rentrée 2019, le programme d’état French Tech Tremplin permet à des jeunes d’accéder à Prépa, un programme de formation intensive qui permet d’acquérir les compétences nécessaires au développement d’un projet d’entreprise. Jugez plutôt. Les heureux élus bénéficient :

  • D’une bourse de 20 000€
  • De l’aide d’un parrain ou d’une marraine, entrepreneur/euse connu/e de la French Tech locale, qui lui donne accès à son réseau et le conseille
  • De l’accès à un espace de coworking
  • D’ateliers en groupe avec autres entrepreneurs
  • D’un accompagnement social pour d’autres demandes d’allocations éventuelles.

A l’issue de la Prépa, un programme dédié aux startups créées par un lauréat du programme Prepa lui permet d’accéder à d’autres avantages :

  • Financement de 30 000€ même sans fonds propres
  • Présence d’un membre de la French tech dans le conseil d’administration
  • Hébergement dans un incubateur partenaire
  • Réseautage mensuel avec intervenants ou investisseurs
  • Accompagnement d’un spécialiste de la BPI pour la 1ère levée de fonds.

Ce programme est également ouvert aux entreprises dont l’un des fondateurs est issu d’une population sous-représentée dans la French Tech.

 

Quel autre domaine que le numérique offre ce genre de possibilités actuellement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *